Les prochaines étapes pour le marché unique numérique

La numérisation a été une aubaine pour l'économie européenne. Cependant, le marché unique numérique reste une aspiration plutôt qu'une réalité, et les institutions européennes et les gouvernements des États membres doivent redoubler d'efforts au cours des prochaines années pour créer un espace meilleur et plus large pour la croissance de l'économie numérique. Même s'il existe une grande variation entre les performances des différentes économies de l'UE, l'UE est en retard sur de nombreuses autres économies et pourrait augmenter les résultats économiques de la numérisation. Dans cet article, nous nous sommes concentrés sur la définition des préoccupations économiques concernant les performances numériques de l'Europe et sur les problèmes conceptuels liés à la création d'un marché unique numérique.
Il y a surtout trois problèmes conceptuels. Premièrement, bon nombre des facteurs politiques qui freinent les performances numériques de l'Europe ne sont pas spécifiques aux données ou au DSM. Il s'agit des conditions générales pour les entrepreneurs de faire des affaires à travers la frontière en Europe et de construire des modèles commerciaux qui incluent de nombreux marchés nationaux mais ne rencontrent pas de barrières et de coûts réglementaires élevés. Au cours des cinq dernières années, les réformes sous le label DSM se sont beaucoup concentrées sur les réglementations spécifiques au numérique et, malheureusement, plusieurs de ces efforts ont ajouté de nouvelles couches de complication réglementaire au commerce basé sur les données en Europe. Pour l'avenir, une réelle ambition d'améliorer la vitesse de numérisation et ses résultats économiques devra être combinée avec des politiques générales de marché unique qui suppriment les barrières entre les pays de l'UE. Deuxièmement, de nombreux règlements sur les données devraient être modifiés pour clarifier plutôt que créer de la confusion et ajouter plus de possibilités d'expérimentation et d'innovation. Troisièmement, l'UE a besoin d'une plus grande coordination des diverses réglementations en matière de données et il devrait y avoir une taxonomie plus claire des ambitions spécifiques d'un règlement pour éviter les conflits avec d'autres réglementations.
La stratégie du marché unique numérique (DSM) de l'UE a été lancée en 2015 1 dans le cadre du projet Europe 2020, faisant suite à l'objectif de la stratégie de Lisbonne de devenir l'économie de la connaissance la plus dynamique et la plus compétitive du monde d'ici 2010 »2 L'objectif de la stratégie DSM est de créer un espace où les entreprises et les consommateurs ont un accès illimité aux biens et services numériques dans toute l'Europe, avec la libre circulation des données et un environnement qui permet à la fois la concurrence et l'innovation, et où l'économie numérique peut croître plus rapidement et créer un gain économique plus important.
La stratégie DSM comprend 3 piliers principaux:
Accès: meilleur accès des consommateurs et des entreprises aux biens et services numériques dans toute l'Europe.
Environnement: créer les bonnes conditions et des conditions équitables pour que les réseaux numériques et les services innovants prospèrent.
Économie et société: maximiser le potentiel de croissance de l'économie numérique.
Dans l'ensemble, les domaines politiques auxquels s'applique la stratégie DSM ont été variés, allant des données et de la sécurité des données, au contenu des sites Web et aux problèmes de droit d'auteur associés, ainsi qu'au commerce transfrontalier en ligne, aux questions relatives aux infrastructures mobiles et à large bande, et aux e- gouvernement.
La stratégie DSM a également encouragé la numérisation grâce à un ensemble de mécanismes de soutien tels que la construction d'une communication européenne sur l'économie des données et le code de conduite sur la lutte contre les discours de haine illégaux en ligne. Il comprend également différents groupes politiques et ateliers. L'Observatoire et le Forum de l'UE sur la chaîne de blocs en sont des exemples, ainsi que divers groupes de travail sur la configuration des réseaux 5G. Les demandes de renseignements et les examens ont également constitué une partie importante du DSM. Par exemple, il comprenait des enquêtes sur le commerce électronique qui visaient à la fois les barrières entre les frontières et les questions de concurrence. Enfin, la stratégie DSM a créé un certain nombre de fonds, avec Horizon 2020, par exemple pour les pôles d'innovation numérique et le Future and Emerging Technologies Fund.
Jusqu'à présent, la stratégie DSM a connu un certain nombre de succès assez importants:
Les réalisations en matière d'itinérance et de portabilité transfrontalière du contenu numérique ont été bien accueillies par les consommateurs et les entreprises. C'est également le cas de la réforme du règlement sur la coopération en matière de protection des consommateurs (CPC), qui a rendu les règles applicables aux consommateurs plus applicables et plus faciles à appliquer dans le domaine numérique.
En ce qui concerne le côté infrastructure de l'économie numérique de l'UE, la coordination de l'utilisation de la bande 700 MHz de haute qualité favorisera non seulement l'adoption du haut débit sans fil 4G, mais ouvrira la voie au déploiement éventuel de la 5G en 2020, qui permettra aux entreprises de profiter davantage de la nouvelle économie des données et leur permettra de passer aux modèles de l'industrie 4.0.
En outre, le plan d'action pour l'administration en ligne, qui vise à promouvoir l'adoption numérique des administrations publiques des États membres, et améliorera la manière dont ils peuvent coopérer et partager des données entre eux.
Néanmoins, toutes les réalisations du DSM n'ont pas été aussi bien accueillies:
Par exemple, bien que le règlement général sur la protection des données (RGPD) contribuera grandement à harmoniser les régimes de protection des données à travers l'UE d'une manière assez lourde, parfois sans conséquences évidentes pour la protection des données. Elle a également été la cible de critiques en raison de l'augmentation des coûts administratifs qu'elle entraînerait pour les entreprises. Il est important de noter que le RGPD rend inutile le développement et la commercialisation de services basés sur des données basés sur des dérivés d'informations provenant de particuliers.
De même, la directive sur la sécurité des réseaux et des systèmes d'information (directive SRI) ne va pas assez loin pour promouvoir la cybersécurité dans l'UE.
Le règlement sur le blocage géographique ne vise pas le type de fragmentation législative qui empêche les entreprises et les consommateurs utilisant le commerce électronique de tirer pleinement parti du marché unique.
Gamme actuelle d'initiatives qui passeront à la prochaine Commission
En conséquence, le DSM n'est en aucun cas achevé et beaucoup de travail reste à faire. En effet, la Commission Juncker s'est fixé un objectif difficile: achever les législations restantes qui ont été proposées en 2015 d'ici la fin de 2018 3 Un aperçu de ces politiques ainsi que des initiatives qui ne sont pas encore entrées en vigueur est présenté dans le tableau 1.

 

Notice: This work is licensed under a BY-NC-SA. Permalink: Les prochaines étapes pour le marché unique numérique.