Le narratif de la Chine au monde

La stratégie de défense nationale (NDS) des États-Unis de 2018 définit l’environnement de sécurité auquel les États-Unis sont confrontés aujourd’hui comme l’un des caractérisant la concurrence interdomaine des adversaires et le déclin de l’ordre dirigé par les États-Unis. Plus précisément, la NDS identifie la Chine comme un concurrent stratégique révisionniste des États-Unis. La NDS reconnaît que la Chine a modernisé son armée pour atteindre l’hégémonie régionale à court terme et déplacer les États-Unis en tant que puissance prééminente dans le monde à long terme.

Les capacités militaires croissantes et en expansion rapides de la Chine ont posé des défis explicites et croissants aux opérations américaines. Cependant, sauf dans ses mers proches, les défis de la Chine à l’ordre plus large dirigé par les États-Unis ont été plus nuancés. Réfléchissant à la nature intersectorielle et nationale de l’approche de la Chine, la NDS a souligné que la stratégie de la Chine combinait renforcement militaire, opérations d’influence et engagements économiques. Mais surtout, pour légitimer et réduire le coûts matériels de sa volonté de modifier l’ordre dirigé par les États-Unis, la Chine s’est engagée dans une campagne pour établir sa «puissance de discours» dans le monde. En exerçant son pouvoir de discours, la Chine fournit systématiquement un récit sur son affirmation globale d’influence, et le récit se concentre sur l’idée de «développement».

En exprimant les engagements mondiaux de la Chine dans des tons de développement, les dirigeants chinois ont fait valoir que les activités internationales de la Chine créent une coopération gagnant-gagnant avec le reste de la communauté internationale. En outre, Pékin soutient que le développement s’attaque aux causes profondes de certains problèmes de sécurité les plus urgents dans le monde contemporain, tels que l’extrémisme et le terrorisme. Dans ce qu’on a appelé une idée de «paix développementale», la Chine essaie de lier son programme de développement à la stabilité mondiale. Le récit centré sur le développement, la coopération gagnant-gagnant et la paix permet à la Chine d’alléger la menace perçue par le monde extérieur de sa puissance croissante. Le récit aide également attirer des partisans vers son programme mondial, comme en témoigne l’adhésion internationale aux initiatives de la Chine, telles que la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) et le projet Belt and Road.

À l’aide d’outils d’exploration de texte et d’analyse de texte, on peut décrypter le récit de la Chine dans le monde en extrayant des informations d’un grand nombre de documents officiels chinois. La recherche ici utilise la source la plus fiable des messages de la Chine – les discours, les interviews et les articles signés du président chinois, Xi Jinping. Ces documents sont sélectionnés et publiés par le Ministère chinois des affaires étrangères sur son site Web officiel en version anglaise, signalant leur importance et le public visé. Cette recherche divise ces documents en deux sous-ensembles pour des analyses et des comparaisons distinctes. Le premier sous-ensemble comprend quatre-vingt-treize documents couvrant la période de septembre 2012 à novembre 2019 et contient un discours prononcé le 21 septembre 2012, lorsque Xi est resté vice-président de la Chine. La deuxième Le sous-ensemble comprend six documents de mars à septembre 2020 et révèle les récits de la Chine à la suite de l’épidémie de COVID-19. De nombreux commentateurs ont fait valoir que la gestion initiale de la pandémie par la Chine a terni son image et conduit le gouvernement chinois à une frénésie de relations publiques et de travail de propagande pour sauver sa réputation des retombées. La comparaison des documents avant et après l’épidémie permet de déterminer si le choc externe du COVID-19 a eu un impact quelconque sur les récits de la Chine.

Le terme «développement» est au centre des messages externes de Xi Jinping, à la fois avant et après l’épidémie de COVID-19, si l’on utilise des nuages ​​de mots pour visualiser les principaux termes clés utilisés dans ces documents (les chiffres ne sont pas affichés en raison des limites d’espace mais peut être demandé à l’auteur). La figure 1a montre que, dans les quatre-vingt-treize documents diplomatiques pré-pandémiques, le terme «développement» apparaît juste après le mot «Chine», avec une fréquence de 1 791 fois. En comparaison, «China» apparaît 2 568 fois. Dans une analyse distincte, la figure 1b montre que le terme «développement» reste essentiel dans les messages de Xi dans les six discours, articles et entretiens saillants prononcés après le déclenchement de la pandémie en mars 2020. Le «développement» se classe à nouveau en deuxième position après le terme. «Chine» (66 fois contre 80 fois). Sans surprise, des mots liés à la pandémie actuelle, tels que «COVID», «santé», «mondial», «réponse», «public» et «épidémie» sont devenus prédominants, car on s’attendrait à ce que Xi défende la gestion de la Chine par la Chine. pandémie. Cependant, Xi n’a pas renoncé à utiliser les récits de développement pour propager l’image de la Chine en tant que puissance bénigne. Les messages de la Chine sont restés cohérents avant et après l’épidémie.

La figure 1a montre également que le terme «coopération» est le troisième mot le plus utilisé avant l’épidémie de COVID. Les figures 1a révèlent l’image que la Chine a tenté de construire dans le monde. Pékin a mis l’accent sur le «développement» et la «coopération» dans son travail diplomatique pour atténuer les inquiétudes des autres pays quant à la manière dont la Chine utilisera sa force nationale croissante. Les termes «pays», «monde» et «international» apparaissent fréquemment, ce qui montre que le principal public de ces documents est la communauté internationale. Les termes «économique», «croissance» et «sécurité» apparaissent avec des fréquences élevées car ils sont liés à deux thèmes principaux des récits de la Chine au monde. Le premier est que les activités économiques de la Chine apportent au monde ce que l’on appelle «l’opportunité de la Chine» en favorisant la croissance économique et le développement pour tous. Le second est le concept de «paix développementale» mentionné ci-dessus. Pour atténuer la perception d’une «menace chinoise» et attirer des partisans vers l’agenda de la Chine, Pékin souligne que les relations économiques de la Chine avec d’autres pays visent des intérêts «communs» et un «besoin» mutuel et contribuent à la «paix». En conséquence, toutes les parties «gagnent» dans les relations avec la Chine (ou selon les termes de Xi, les relations conduisent à des résultats «gagnant-gagnant»).

Après le COVID épidémie, la Chine a continué de mettre l’accent sur ses relations de coopération avec le reste du monde. Dans la figure 1b, le terme «coopération» est «évincé» par les termes liés à la pandémie, tels que «COVID», «mondial» et «monde». Cependant, la «coopération» se classe juste après eux avec la huitième fréquence la plus élevée dans les documents diplomatiques de Xi.

Les graphiques colocalisés aident à révéler les messages plus clairement. Les figures 2a et 2b montrent les réseaux de termes dans les deux sous-ensembles de documents, en utilisant «développement» comme mot-clé principal et en incluant neuf mots de chaque côté de celui-ci. Les nœuds bleus dans les graphiques représentent des mots-clés à haute fréquence de corpus, tandis que les nœuds marrons représentent des colocalisations à haute fréquence dans le contexte des mots-clés liés. La fenêtre de mots (dix-huit, c’est-à-dire neuf mots de chaque côté du mot-clé) plus le terme clé «développement» et les mots fonctionnels, tels que les déterminants et les prépositions qui n’ont pas beaucoup de sens et sont exclus des graphiques, se rapproche du longueur moyenne d’un phrase complète dans ces documents Xi. Par conséquent, on peut soutenir qu’une telle fenêtre de mots fournit une collocation de termes pratique et complète dans le corpus.

Notice: This work is licensed under a BY-NC-SA. Permalink: Le narratif de la Chine au monde.