Monthly Archives: juillet 2022

Bitcoin, Vollgeld et vues populaires sur l’argent

Le 10 juin 2018, la Suisse sera le premier pays à organiser un référendum sur l’introduction de la monnaie souveraine (« Vollgeld »). Cette chronique soutient que le projet Vollgeld et les crypto-monnaies telles que Bitcoin s’appuient sur des fantasmes populaires sur l’argent qui sont déconnectés du fonctionnement réel du système monétaire actuel. Malheureusement, les caractéristiques de ce dernier restent sous-explorées même parmi les économistes.
L’argent étant l’un des symboles clés du système économique actuel, et le système monétaire et financier étant un site clé de la crise mondiale, l’idée qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec l’argent est l’une des explications les plus populaires de la crise parmi les non -économistes.
Le désir de « mettre de l’argent dans le bon sens » en introduisant le Bitcoin, la monnaie souveraine (ou « Vollgeld ») ou des systèmes monétaires régionaux est le résultat de cette perception.
De vieux débats sous de nouvelles formes
Entre autres enjeux, ces initiatives relancent deux grands débats séculaires au cœur de la théorie et de l’histoire monétaires :
L’argent est-il (ou devrait-il être) un actif pur (c’est-à-dire la responsabilité de personne) ou une créance sur un émetteur ?
La création monétaire doit-elle être régie par une entité centrale responsable, comme une banque centrale, ou par un mécanisme décentralisé, comme les marchés ou la gouvernance communautaire régionale (Weber 2018) ?
La vision d’une monnaie alternative sous-jacente au Bitcoin et à des projets de cryptographie similaires repose sur le remplacement d’une entité centrale d’émission par un automate intégré dans une architecture technique incitant les sujets économiques à l’animer et à l’utiliser. La plupart des crypto-monnaies sont de purs actifs régis en grande partie par les forces du marché (Huberman et al. 2017, Fatas et Weder di Mauro 2018).
La Monnaie Souveraine repose sur l’idée que la monnaie doit être un actif pur et que la création de moyens de paiement, soumise à un contrôle quantitatif strict, est une prérogative de l’État (Bacchetta 2018).
Les deux ont reçu la plus grande attention du public jusqu’à présent parmi les projets de réforme monétaire. Le bitcoin et d’autres crypto-monnaies ont connu des mouvements de prix qui ont fait la une des journaux ces derniers mois. Et un mouvement citoyen en Suisse a réussi à imposer un plébiscite sur l’introduction de la monnaie souveraine qui se tiendra le 10 juin 2018.
L’argent, la confiance et la crise
La liquidité fournie par la monnaie est une forme d’assurance contre l’incertitude, tant que le pouvoir d’achat de la monnaie concernée suit une tendance stable dans le temps. Au prix de renoncer soit aux rendements plus élevés offerts par des actifs plus risqués, soit aux joies de la consommation, l’argent peut être détenu sans s’engager sur un moment, une partie contractuelle ou une marchandise spécifique pour le dépenser.
Lorsque l’argent est une créance sur un émetteur, il est évident que le détenir vous place dans une relation avec cet émetteur qui implique des problèmes de confiance. L’instabilité déclenchée par la crise mondiale a entraîné un désir accru parmi les sujets économiques de détenir des liquidités, et les problèmes de confiance liés aux affaires financières sont devenus le centre de l’attention du public (Jobst et Stix 2017). Alors que la monnaie est restée stable (en termes d’acceptation générale et de pouvoir d’achat) dans les principales zones monétaires dans un contexte où de nombreux autres instruments financiers ne l’ont pas été, la différence n’est pas toujours reconnue par les observateurs.
Dans ce contexte, des projets comme Bitcoin et Sovereign Money attirent l’attention en suggérant que l’argent n’est pas sûr à moins qu’il ne cesse d’être une créance sur un émetteur. Au lieu de cela, il devrait devenir un pur atout et être soumis à un contrôle strict des quantités. En négligeant la dépendance inévitable vis-à-vis d’autres personnes impliquées dans la détention de monnaie ou de tout autre actif non consommable, l’idée sous-jacente est que la monnaie-marchandise permettrait la possession individuelle de monnaie sans dépendre d’un émetteur qui pourrait soudainement devenir incapable de tenir sa promesse.
Les deux concepts partagent l’idée que le contrôle de la quantité de monnaie est essentiel pour garantir la valeur d’une monnaie, alors que le processus d’émission est considéré comme d’une importance négligeable. Par conséquent, tous deux utilisent la création de nouvelles unités monétaires pour subventionner les activités économiques qu’ils jugent utiles.
La règle pour recevoir de nouveaux bitcoins est appelée « preuve de travail » – les mineurs obtiennent des récompenses de l’automate émetteur pour avoir contribué à l’administration du système de paiement de Bitcoin.
Étant donné que l’argent souverain doit être émis principalement sous forme de don à l’État ou à tous ses citoyens, nous pourrions étiqueter sa règle d’émission d’argent comme une « preuve de statut ».
Ils diffèrent en ce qui concerne l’entité préférée pour exercer le contrôle de quantité souhaité. Dans Bitcoin et des projets similaires, la technologie (c’est-à-dire des règles encodées dans un logiciel open source) administre une règle d’approvisionnement transparente pour les unités numériques conçues pour attirer une activité décentralisée. Dans le cadre de la monnaie souveraine, une entité étatique a le droit exclusif d’émettre des moyens de paiement en monnaie officielle afin de contrôler la masse monétaire.
L’une des principales raisons de la popularité du Bitcoin et de la monnaie souveraine réside dans la compatibilité de leur idée de la monnaie avec une perception largement répandue parmi le grand public (Mehrling 2015). Les idées répandues sur la monnaie saine et sa création reposent sur un stock homogène fixe basé sur un contrôle centralisé des quantités. La crise a montré que cette vision est en contradiction avec les réalités bilancielles de la monnaie et de la finance contemporaines, leur fragilité et leur flexibilité. Le soutien populaire aux projets de réforme monétaire peut en être considéré comme l’un des résultats. Malheureusement, une grande partie de l’économie actuelle ne prête pas beaucoup d’attention à offrir aux économistes des outils pour résoudre ces problèmes (Goodhart 2018).
Système monétaire hybride actuel
En ce qui concerne les deux grands débats de la théorie monétaire mentionnés ci-dessus, le système monétaire actuel est un arrangement hybride. Il est basé sur l’intégration historique des systèmes d’émission de moyens de paiement fondés sur la monnaie souveraine et sur la comptabilité privée. Au sein de chaque zone monétaire, il combine à la fois des mécanismes de gouvernance décentralisés (c’est-à-dire la concurrence sur le marché) et centralisés.
Aujourd’hui, de nouveaux moyens de paiement sont créés lorsqu’un émetteur échange des passifs avec un débiteur sur la base de termes et conditions fixés par l’émetteur. Le système monétaire est constitué de plusieurs émetteurs créant des moyens de paiement qui forment une relation hiérarchique de créances sous le toit commun d’une unité de compte unique.
Les moyens de paiement émis par les banques commerciales sont créés contre des engagements contractuels de paiement d’un débiteur ou d’un tiers (c’est-à-dire des titres). Les passifs des banques commerciales servant de moyen de paiement aux usagers sont des créances sur espèces émises par la banque centrale. L’une des principales fonctions des banques est d’offrir des liquidités aux détenteurs de dépôts opérant avec une petite réserve de liquidités, tandis qu’une grande partie de l’actif de leur bilan est engagée dans des créances privées. Le comportement d’émission des banques est régi par des préoccupations de rentabilité et de risque, soumis à la concurrence, à la réglementation, à la supervision et à la politique monétaire.
Le système monétaire consiste en une hiérarchie d’émetteurs, les moyens de paiement émis par des émetteurs de rang inférieur étant des créances sur des rangs supérieurs dans la hiérarchie. Le sommet de la hiérarchie dans toute zone monétaire est la monnaie émise par la banque centrale, servant de moyen de paiement final.
En raison de son statut de moyen exclusif de règlement des obligations fiscales, la monnaie officielle peut être considérée comme une forme de créance sur l’État. Plus étroitement, les liquidités et les dépôts des banques commerciales auprès de la banque centrale sont à la charge de cette dernière. Dans le cadre des accords de taux de change flexibles actuels, ces passifs ne sont généralement pas remboursables par les utilisateurs contre des actifs détenus en contrepartie dans le bilan de la banque centrale. Cela leur confère des fonctionnalités d’un pur atout pour l’utilisateur. Mais elle ne suspend pas le principe de base selon lequel de l’argent frais n’est émis que contre un actif de contrepartie qui est ensuite inscrit au bilan de la banque centrale, selon des modalités fixées en vue d’un mandat public. La création monétaire n’est pas une création unilatérale de richesse. Elle consiste plutôt à échanger un nouveau moyen de paiement contre une créance sur des paiements futurs.
Faire de la solvabilité des contreparties un critère clé pour l’émission de nouveaux moyens de paiement pose un principe important : l’argent frais n’entre dans l’économie que lorsque son utilisateur initial a fait une promesse convaincante de remboursement, ou remis la promesse de payer par un tiers ( c’est-à-dire un titre). De tels engagements contractuels de revenus futurs soutiennent l’attente sous-jacente à l’acceptation générale d’une monnaie et d’un pouvoir d’achat stable de la monnaie selon laquelle une activité économique future aura lieu et se traduira par des biens et des services disponibles contre de la monnaie.
Les modèles économiques fondés sur l’abstraction de ces détails institutionnels ne préparent pas suffisamment les économistes à répondre à un certain nombre de préoccupations clés dans le débat public actuel.